Issue 214 – octobre 2015

Crépitant dans le foyer depuis des mois, Feu! Chatterton incendie notre cœur avec ‘Ici le jour (a tout enseveli)’. Sans peur et sans reproche, le chevaleresque quintet français survole le terrain miné de la chanson française, déjouant tous les pièges. Si leur présence scénique sidérait déjà l’audience, le disque stupéfie tout autant.

A la faveur de deux derniers disques grande classe, souvent sobres et graves, puissamment mélodiques, Bertrand Belin est devenu un des rares émules de Dominique A à avoir su s’imposer. Et, surtout, se faire désirer. Pour beaucoup, aujourd’hui, il est le parangon du bon goût en français. Là, il a la bonne idée de booster ses arrangements et de nous proposer, c’est lui qui le dit, un disque exotique. *** Julia Holter est depuis ‘Ekstatis’, son second album de 2012, un nom incontournable dont chaque apparition est attendue avec une énorme impatience. Une fois de plus, l’artiste de Los Angeles confirme nos folles espérances et, à l’instar d’une Marissa Nadler poptronica, son inspiration côtoie instantanément les étoiles.

Du côté de Dublin, quatre garçons s’excitent sous la mini-jupe de Girl Band. Dans un élan hormonal où le taux de testostérone monte systématiquement dans le rouge, le groupe claque neuf morceaux du poing. ‘Holding Hands With Jamie’ est une transe bruitiste, une torgnole électrique parcourue de râles nerveux. Le premier album des Irlandais transpire la rage et libère les corps. *** Montréal.‘More Than Any Other Day’, premier album d’Ought, apparaissait comme un journalier bousculé consignant les faits les plus anodins de la vie courante en milieu urbain. Ca dépotait grave. ‘Sun Coming Down’ aiguise plus encore le sens du quotidien. Son propos tombe sur la ville tel un coucher de soleil après une journée de chicanes. Il voit le groupe prendre ses marques et se détacher de ses influences early eighties pour adresser un rock adroit et adrénergique.

!!! restera ce groupe insondable dans sa démarche, indéfinissable par son style, pour le meilleur et pour le pire. Car si !!! a bien compris une chose, c’est que la danse n’obéit à aucune contrainte esthétique, échappe à la dictature du goût et des mœurs. ‘As If’ est un ‘melting-pute’ maousse et jubilatoire, un long mouvement de bassin, un grand écart obscène près d’une barre de pole dance. *** Alors qu’à l’époque de ’Wakin’ On A Pretty Daze’, les chroniqueurs évoquaient la magie de l’univers Kurt Vile en recourant à des néologismes tels que progpop, c’est davantage au spaceblues qu’il faudra aujourd’hui songer pour cerner l’horizon musical qu’explore le grand chevelu aux idées larges. ’B’lieve I’m Goin Down…’ compose un savoureux cocktail de blues, de folk et de rock psyché; ça plane toujours pour lui!

Also available in: Néerlandais

Leave A Comment