Issue 206 – décembre 2014

Il est en marche plus qu’en marge. Ses vocables de cartes oniriques s’accrochent à toutes nos parois, nous permettent la varappe entre peaux et terres, ressacs et exils. On aurait bien vu Silvain Vanot à la hune et Bertrand Belin penché au-dessus des garde-corps, mais l’essence de ce disque, de ces trésors rares, tient plus du miracle des limbes que de la filiation avec nos chers illustres. Il est libre, Pain Noir. Y’en a même qui disent qu’ils l’ont vu chanter. + Interviews Thomas Belhom, Slim Twig, Hookworms, Truffaz & Murcof, Jozef Van Wissem, Liesa Van der Aa.

Thomas Belhom fait partie de ces types habités qui, une fois lancés, ne s’arrêtent plus, de ces mecs avec qui la nuit n’est pas suffisante pour refaire le monde. Et quel monde ! Celui parallèle et libre où il roule sa bosse depuis presque vingt piges entre rencontres qui changent la vie (Calexico, Lambchop, Tindersticks, Howe Gelb, le cinéma de Claire Denis…) et échappées solos qui tiennent du rêve. Avec ‘Maritima’, son opus magnum de world folk mélancolique, hanté mais lumineux, il touche à l’immarcescible.

Sous la cagoule de Slim Twig, le Canadien Max Turnbull s’épanouit en marge du buzz et de sa carrière de comédien. Il concrétise aujourd’hui son aspiration à accoucher d’un album-concept longtemps fantasmé, sorte de réponse à Gainsbourg et Vannier et à leur ‘Histoire De Melody Nelson’. Explorant la thématique du désir, il subvertit les conventions pop et invente un son baroque se rapprochant d’un Beatles vicié, presque malsain, qui doit beaucoup aux arrangements d’Owen Pallett. Faux disque des sixties mais véritable œuvre postmoderniste, ‘A Hound At The Hem’ se rêve au final carrément ‘Pet Sounds’.

Dix-huit mois à peine après la sortie d’un premier opus unanimement célébré par la presse, Hookworms nous revient déjà avec ‘The Hum’. Que vous raffoliez de garage, de hardcore, de postpunk ou de space rock, le combo de Leeds saura vous séduire avec des titres variés jonglant avec les styles et les textures. Sur un album pop et rugueux à souhait, le groupe gagne définitivement ses galons de valeur sûre de la scène britannique néo psyché.

Complainte des ruines de demain : béton calciné, Métal Hurlant. Chef d’orchestre visuel inattendu de ce second album réunissant le trompettiste français Truffaz et le Mexicain électro Murcof, Enki Bilal patine de bleu les notes angoissées du duo. Comme un air d’apocalypse où résonnent des Cassandres à queues d’écailles. ‘Being Human Being’ propulse les trois artistes vers une synthèse inédite de leurs univers respectifs ; carrefour peuplé d’êtres en exode, tous habités par l’espoir que souffle le cuivre de Truffaz. Un grand album hybride, beau et inquiétant comme les créatures de Bilal.

Regard de taulard, calme olympien, en tressant des arpèges sur les cordes de son luth, Jozef Van Wissem a esquissé des paysages sans âge : des scènes quasi mystiques aux horizons totalement contemplatifs. Après avoir signé un pacte avec les rockeurs du label Sacred Bones, le Hollandais new-yorkais s’est acoquiné avec Jim Jarmusch pour signer deux disques et une bande originale (‘Only Lovers Left Alive’) portée en triomphe sur la Croisette. De retour avec ‘It Is Time For You To Return’, le missionnaire du luth mène sa bataille contre le système. En douceur et sans acharnement. C’est d’autant plus touchant.

‘WOTH’ tient lieu d’acronyme pour ‘Weighning Of The Heart’, un rituel trouvant ses racines dans la mythologie égyptienne antique du ‘Livre des morts’. Liesa Van der Aa, jeune prodige classiquement éduquée et vocaliste hors pair en a fait le thème de son second album, un triptyque de trois disques qui composent une œuvre ambitieuse et élevée, à la mesure du talent qui est le sien et qui la destine d’ores et déjà à prendre une place distinguée au sein de la scène musicale belge. La voix y est déclinée en tous ses états, en chœur et à cœur.

Also available in: Néerlandais

Leave A Comment