Issue 188 – Mars 2013

Le nouvel album de Suuns se consume dans un climat de tension : atmosphère orageuse, électro calorifère, électricité dans l’air. Le stroboscope en pleine face, le rock tangue comme un corps envoûté. Engourdi, le cerveau capte ‘Images du Futur’ par pulsions lancinantes, de plus en plus excitantes. Post-punk dopé au minimalisme électronique, la musique de Suuns a entrevu l’avenir de l’homme. Et il paraît qu’on va danser. Jusqu’à la fin des temps. Interviews : Suuns, Veence Hanao, Phosphorescent, Local Natives, Daughter, Palma Violets, Black Rebel Motorcycle Club, Matthew E. White

Téléchargez le pdf ici 

Dans le studio où il répète pour le live, pendant près d’une heure, Veence Hanao parlera de son excellent nouvel album et du reste, de la musique, de la vie, avec une acuité de nyctalope. Ce disque, urbain, noir, mélancolique, le voit à la fois s’éloigner du hip hop stricto sensu et constater les déviances de notre société. Jamais moralisateur ni arrogant, ‘Loweina Laurae’ est une putain de claque, un voyage abyssal.

Septième album pour le Black Rebel Motorcycle Club. L’âge de raison pour Robert Turner Been, Peter Hayes et Leah Shapiro. Endeuillés par le départ d’un référent paternel commun, le trio plonge pour la première fois dans les affres de la création sans filet. Nos motards retroussent leurs manches de cuir et brouillent à nouveau les pistes avec ‘Specter At The Feast‘, carrousel fantomatique glissant de plages éthérées à de gros riffs décoiffants, dense, complexe, à la recherche d’une réinvention dans l’affranchissement du passé.

Débonnaire sous ses airs de Droopy à la capillarité tapageuse, Matthew E. White est de ceux qui sous le moelleux d’une couverture élimée dissimulent leur plan confidentiel pour conquérir l’univers et au-delà. Fi du décorum : la chaleur de leur soul, l’ampleur de leurs arrangements suffisent à convaincre les foules, à convertir les sceptiques, à rendre l’ouïe aux sourds. Matthew E. White is our friend, our New Lord! *** Avec Phosphorescent, on naviguait entre deux eaux, sans savoir quel bras de canyon il allait nous enjoindre d’emprunter. Ne serait-il pas l’heure, cette fois, de réconcilier le forban et l’évangéliste, l’innocent et le soupirant, l’heure ô combien propice de patrouiller plus abondamment à travers la plaine ? Là où d’autres gringos nous auraient fait abandonner les éperons, Matthew Houck parvient encore à redonner un contour singulier à l’americana. Laissons, laissons, entrer le soleil…

Dernière signature de 4ad, Daughter aurait pu figurer au sein du catalogue historique du label, à la grande époque des Cocteau Twins et de This Mortal Coil dont il apparaît comme le successeur  malgré lui. Le trio pratique une pop simple, égrenée, recourant à un minimum de moyens pour tenir son propos. A la limite de la chute, la voix d’Elena Tonra joue une grand part, donnant à cette musique toute sa dimension faussement fragile et terriblement humaine. Excellent début. *** C’est littéralement surgi de nulle part que ce groupe californien a sorti en 2009 son premier et excellent album, ‘Gorilla Manor’, se faisant immédiatement un nom sur la scène indie. Fin janvier, fort d’une belle expérience acquise en tournée, les Local Natives nous sont revenus avec ‘Hummingbird’ , album produit par Aaron Dessner de The National. Les sonorités volontiers joueuses du premier opus font ici place à des titres plus émouvants et nostalgiques. *** The Sound of 2013! Selon la BBC, Palma Violets est un des quinze groupes à suivre cette année. Déjà en 2012, le single ‘Best Of Friends’ avait reveillé le feu sacré du regretté Joe Strummer et de The Clash. Aujourd’hui, le quatuor londonien prouve qu’il n’est pas qu’une simple hype mais que son rock est de la trempe des Libertines et autres Vaccines. Numéro de maison du local de répét’ des Palm Violets à Lambeth, Londres, ‘180’  (produit par Steve Mackey de Pulp) est un disque de britpop de haute volée.

 

 

Also available in: Néerlandais

Leave A Comment